Partagez
Hammett
Hammett

Nombre de messages : 2372
Date d'inscription : 12/11/2009

Autre FAI
Masculin Age : 54
Localisation : Bois-Colombes
15092015
Les brèves du PIF: parts de marché des forfaits mobiles 13331310
Après la publication des résultats de Bouygues Telecom, Free, Orange et Numericable-SFR à fin juin 2015, il est désormais possible d'établir une synthèse globale de tout ces chiffres, voici donc un tableau récapitulatif des parts de marché sur les forfaits mobiles (y compris le M2M) :

Les brèves du PIF: parts de marché des forfaits mobiles 150901125321580885

Bouygues Telecom, Free et Orange profite de la grosse baisse de Numericable-SFR. Free creuse l’écart sur Bouygues. Free - via une croissance organique - est encore très loin d'une part de marché escomptée à long terme.

Mécaniquement,en ne prenant en compte que les forfaits, Bouygues et Free voient leurs parts de marché augmentées face à Orange et SFR qui comptent en proportion beaucoup de clients en prépayés, mais c'est compensé par le M2M.

Précisions
- Les données (exprimées en millions) sont compilées à partir des communiqués publiés par Bouygues, Free, Orange et SFR.
- Au T2, Orange compte 22,826 millions de clients (particuliers, M2M, profesionnels)avec un forfait, ce qui représente une part de marché de 37,4%.

Pour rappel, le détail sur le M2M

Les brèves du PIF: parts de marché des forfaits mobiles 150801073640848776

Bouygues a donné 68 000 clients sur le recrutement sur le M2M pour le T2. Par contre, rien sur le global et n’est donc pas intégré dans ce tableau.


Dernière édition par Hammett le Mar 15 Sep 2015 - 18:17, édité 1 fois
Partager cet article sur :diggdeliciousredditstumbleuponslashdotyahoogooglelive

Commentaires

Hammett
Merci pour la reprise, mais le titre du topic n'est pas le bon. Il s'agit des forfaits mobiles. Wink
guilltes
Effectivement je te laisse faire la modif tu veux bien
petitnicolas
C'est pas "B2B" plutôt le marché pro ??
guilltes
M2M = Machine to Machine, communication de Machine à Machine
petitnicolas
Et concrètement ça représente quoi ?
Hammett
Une partie des réponses sur le tableau 2.
Hammett
Brèves du PIF (Paysage de l'Internet Français) - N°137

Itinérance 2G/2G de Free
Lors de la présentation des résultats, Maxime Lombardini (ItExpresso, 02/09) est revenu sur le contrat d’itinérance qui lie Free à Orange. Pour la 3G, le contrat arrive à terme en janvier 2016.

"Des discussions ont été entamées avec l’ARCEP et Orange pour définir les modalités d’extinction". Pour lui les échéances devraient être progressives : «Car il sera impossible de terminer le déploiement de notre réseau dans les zones très dense d’ici un an et demi. L’objectif est ne pas dégrader la qualité de service fourni à nos abonnés(...) Les travaux permettant de définir les modalités et le calendrier de l’extinction débutent tout juste".

La Loi Macron va permettre à l’ARCEP d’examiner les accords de mutualisation réseaux, y compris celui qui lie Orange à Iliad pour l’itinérance 2G et 3G.
Il y aura une poursuite d'itinérance en 2G, c'est évident. Et la 3G s'éteindra "tranquillement" et de façon "responsable" selon un calendrier à mettre en place. De toute façon rien de brutal qui puisse entrainer des désagréments pour des millions de clients.

1800 MHz
L'ARCEP a attribué des fréquences dans la bande 1800 MHz à la société Free Mobile. Elles seront exploitables à partir de mai 2016. Ces fréquences font partie d’un lot restitué par Bouygues, SFR et Orange en échange d’une autorisation d’utilisation de cette bande de fréquence pour la 4 G. En attendant l’attribution des fréquences dans la bande 700Mhz, cela va permettre à Free de « respirer » un peu. Orange et SFR ont la possibilité de demander à tout moment une levée anticipée des restrictions technologiques dans la bande 1800 MHz, s'ils souhaitent utiliser la 4G dans cette bande avant la date du 25 mai 2016.

Les brèves du PIF: parts de marché des forfaits mobiles 150914114327997495

Orange, Free et l’ARCEP
L’ARCEP (02/09) a imposé à Orange de lever des restrictions d’usages infondées sur les prestations fournies au titre du dégroupage, pour libérer l’investissement dans le très haut débit mobile. Orange voulait surfacturer l'hébergement des équipements dans ses armoires et la collecte du réseau mobile de Free, alors que Free paye déjà l’accès pour le fixe. Au nom de la convergence fixe et mobile, l’ARCEP a refusé cette surfacturation.
Grosse économie pour Free ? Difficile de répondre, car il est impossible de savoir quels étaient les montants sur le tapis. Toutefois, si Free a remonté ce différend devant l’ARCEP et que ce dernier a émis un avis, c'est qu'ils devaient être relativement significatifs.
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum